La vision inspirée transformée en enchantement visionnaire -

 l’œuvre artistique de Lamiel 

 

   « En poésie comme en peinture, il est des œuvres 

           qu’il faut voir de près, et d’autres qui plairont davantage de loin »

 

           ut picta poesis, erit quae; Si propius stes 

           te capiat Magis, et quaedam, si longius abstes

 

                                                                                                   ― Horace, Ars Poeta II. 361-63

 

 

 

Bien que communément connu de nos jours (même dans le monde anglophone) 

par son nom français datant de la fin du XIXe siècle, la forme artistique de  collage/assemblage à des origines beaucoup plus anciennes remontant à la Chine. 

Pour toute personne avec un minimum  de connaissance historique, cela ne devrait 

pas être une surprise.  Après tout, les origines mêmes du papier se trouvent en Chine 

il y a  plus de 2000 ans. Et compte tenu de ses propres prouesses artistiques et de ses perspectives imaginatives, il n'est pas surprenant que le papier devienne rapidement 

une forme importante d'expression artistique, au-delà de ses propres qualités naturelles 

à des fins calligraphiques .

En  développant son propre art folklorique, le collage a finalement adopté 

le nom de Jianzhi (剪紙), et a impliqué diverses formes d'artisanat de découpe 

de papier, florissant en popularité en particulier pendant les dynasties Ming  et Qing (c1368-1912) .

De la Chine, cette forme d'art s'est propagée à l'Asie occidentale aux huitième et neuvième siècles ; en Turquie au XVIe siècle ; et finalement arrivera en Europe pour la première fois un siècle plus tard .

L'utilisation moderne de Lamiel de cette humble matière pour créer des oeuvres artistiques singulières est donc l'une des nombreuses variations complètement indépendantes qui ont émergé des racines Jianzhi. 

Néanmoins, ces variantes mises à part, bon nombre des principes clés qui sous-tendent cette forme d'art restent similaires. 

La pratique même de couper et coller du papier, avec ses exigences mentales pour l'immédiateté, le détail et la subtilité, est un processus lent qui crée une relation extrêmement personnelle et physique avec l'objet. 

C'est une technique qui exige  une précision, une minutie, une délicatesse et une légèreté incroyables. 

Et en d’autres termes  – presque philosophiques – il s'agit certainement d'un antidote 

au rythme agressif et dévorant de la modernité, et plus encore du monde postmoderne 

dans lequel nous vivons. 

Compte tenu du risques d'erreurs, il alimente aussi un sentiment naturel de complicité et de solidarité entre l'artiste et ses outils . 

 

Dans le français familier, le collage signifie « avoir une liaison », et à bien des égards 

c'est précisément le genre de relation qui est établie entre l'artiste et son travail.

 

Bien qu'il soit juste et approprié d'identifier une ancienne  technique dans laquelle 

on peut situer l'art de Lamiel, il est néanmoins important de ne pas perdre de vue 

les moyens fondamentaux dans lesquels son art, et certainement les résultats, les effets, 

l'impact et les sentiments qu'il produisent sur le spectateur, sont tout à fait unique. 

Sa matière première, par exemple, ne se compose pas simplement de n'importe quel 

type de papier, mais plutôt d'un genre très spécifique. 

Il s’agit de papiers anciens, datant parfois de plusieurs siècles portant la marque du  temps .  

Par conséquent, afin de trouver ce matériel de source primaire adapté à ses besoins et 

à ses buts artistiques, elle peut souvent faire des recherches considérables d'investigation. 

 

Comme les surréalistes classiques au début du siècle dernier, Lamiel hante 

les marchés aux puces, les librairies anciennes, et un bon nombre de vide-greniers 

espérant  la «rencontre fortuite» appropriée. 

Ce qui était peut-être considéré comme une matière morte est alors récupéré 

afin de lui donner une nouvelle existence et une nouvelle vitalité, devenant vraiment 

des parchemins de vie qui combinent le passé et le présent, et qui continueront 

à devenir des souvenirs futurs.

Invariablement bien sûr, le papier est taché avec des marques d’usure, causée par 

le passage du temps, le passage des mains, ainsi que le passage de différents moyens 

de conditions de stockage. 

Mais ces taches ne sont pas une entrave à la création artistique. 

Au contraire, elles sont elles-mêmes transformés en une partie essentielle et constitutive 

de l'œuvre. Les  papiers tachés, jaunis, piqués de différentes nuances et textures  s’assemblent pour faire partie du paysage artistique.

Technique et matériaux mises à part,  plus que tout autre chose c’est dans l'impact émotionnel 

et sentimental de ses créations artistiques que la véritable singularité de Lamiel réside. 

Rarement une telle simplicité  a été transformée en des images sublimes, véritablement envoûtantes, qui transmettent la beauté, la tranquillité et l'harmonie. 

C'est un art qui exsude la chaleur. 

En effet, il réchauffe littéralement le cœur. En regardant son travail, en l’étudiant, on ne peut s'empêcher d'entrer dans son Royaume ; 

plus qu'un spectateur , on devient un explorateur, cherchant toujours de nouvelles choses à voir dans le domaine que chaque œuvre représente. 

Il y a un immense sentiment de calme et de silence; et pourtant, en même temps, on sent une force de vie, de respiration dynamique au travail au coeur même du paysage terrestre et tout ce qui l’habite :  animaux, arbres, personnages, maisons .

 

Horace avait raison ; certains artistes très spéciaux - dont Lamiel fait partie - ont ce don pour faire de leur art une forme de poésie visuelle naturelle. La vision inspirée de l'artiste devient soudainement l'enchantement visionnaire du spectateur.

 

                          

 

                                                                                                                                         Jeremy Lester

Catalogue disponible a la vente :

 

Contact:

+33 (0)6 26 41 82 40

lamielb75@gmail.com